Info, dépêche ou communiqué de presse


société :

AGRARIAN DEBT BONDHOLDERS ASSOCIATION (ABDA)

jeudi 7 décembre 2017 à 19h58

Les détenteurs d'obligations péruviens réfutent les fausses allégations du Premier Ministre péruvien


LIMA, Pérou, le 7 décembre 2017 /PRNewswire/ -- Le présent communiqué de presse est délivré au nom de l'Association de détenteurs d'obligations de la réforme agraire (ABDA) :

Le 3 décembre 2017, nous avons adressé une lettre [http://www.abdaperu.org/web/articulospdf/ABDACARTAPARAOCDE.pdf] au Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría. Cette lettre portait la signature de plusieurs associations non lucratives de détenteurs d'obligations représentant les familles de souche péruvienne qui continuent d'attendre une compensation équitable pour leur expropriation par le Gouvernement du Pérou. Cette lettre concernait le défaut, de longue date, de paiement des obligations de la réforme agraire dont nous sommes les détenteurs, et le manque de transparence du Pérou sur cette question. En réponse, le Premier Ministre Mercédez Aráoz a déclaré hier que c'était un gestionnaire de fonds aux États-Unis qui avait envoyé cette lettre, et que ce gestionnaire « jouait un sale tour » et « continuait de menacer le Pérou pour l'empêcher d'entrer à l'OCDE ».

Or, les propos du Premier Ministre Aráoz sont complètement faux et trompeurs. Notre lettre du 3 décembre 2017, à laquelle était joint le rapport du Dr Blommestein [http://www.abdaperu.org/web/articulospdf/REPORTEBLOMMESTEIN.pdf], était signée par un grand nombre d'associations péruviennes de détenteurs d'obligations représentant des milliers de Péruviens. Le Premier Ministre Araóz a délibérément cherché à déformer la réalité sur cette question très importante.

En substance, les propos du Premier Ministre Aráoz ne sont qu'une vaine tentative visant à induire l'OCDE en erreur et à distraire des véritables enjeux : Le défaut de paiement sélectif du Pérou concernant sa dette souveraine et le manque total de transparence avec lequel il a géré cette question ces trente dernières années - et en particulier ces quatre dernières années. En termes simples, le Pérou reste en défaut de paiement, et il n'a pris aucune mesure sérieuse afin de résoudre cette dette de longue date ou de manifester la transparence que l'on est habituellement en droit d'attendre d'une entité souveraine. En outre, afin d'éviter le paiement intégral de cette dette, le Président Pedro Pablo Kuczynski s'est - comme cela est expliqué en détail dans notre lettre - fondé sur une décision falsifiée du Tribunal constitutionnel du Pérou qui a donné lieu à des enquêtes judiciaires qui sont toujours en cours.

Enfin, les propos du Premier Ministre Aráoz illustrent une nouvelle fois comment le Pérou a, pendant plusieurs décennies, complètement fait fi des détenteurs d'obligations péruviens sans être aucunement inquiété. En particulier, ni le Premier Ministre Aráoz ni le Pérou n'ont même cherché à répondre aux cinq questions élémentaires formulées dans notre lettre. Au contraire, le Premier Ministre Aráoz laisse entendre qu'attirer l'attention de l'OCDE sur une décision falsifiée par la plus haute cour du Pérou est un « sale tour ». Pour nous, falsifier puis invoquer une telle décision est le vrai « sale tour ».

En cherchant à distraire l'OCDE et en limitant cette histoire aux seuls fonds américains, au lieu d'adopter une position responsable et sérieuse, le Pérou montre bien qu'il s'agit d'un pays qui ne paie que les dettes qu'il veut bien payer, quand et comment il l'entend. Une telle position devrait être complètement inacceptable pour un pays démocratique qui prétend respecter l'État de droit. Une telle attitude irresponsable et irrespectueuse envers ses propres créanciers est tout à fait incompatible avec les valeurs fondamentales et la mission de l'OCDE.

Tant que le Pérou continuera d'agir comme une nation souveraine irresponsable qui se soustrait à ses obligations en tant que débiteur juste et fiable, nous continuons de penser que le pays n'est pas prêt à recevoir une invitation d'accession à une organisation telle que l'OCDE.

Ramón Remolina - ABDA
Alfredo Adrianzen - ADAEPRA
Luis Huguet Nicolini - ADAEPRA

© 2002-2017 BOURSICA.COM, tous droits réservés.

Bourse, conseils et informations

Par la consultation de ce site, vous acceptez nos conditions (voir ici)

Page affichée vendredi 15 décembre 2017 à 9h23m40